• L'équipe Prévention vous propose un Atelier 6-11 ans. (éligible EVARS)

    Télécharger le descriptif en cliquant ici

  • LE CONSENTEMENT

    SOMMAIRE

    ▶️ Définition du consentement

    ▶️ Focus sur le consentement dans l'activité sexuelle

    ▶️ Comment agir ?

    ▶️ Sources

    Dernière mise à jour de la page : 20-01-2023 (rédaction en cours)

  • Le consentement

    Vous trouverez ci-dessous des ressources sur lesquels nous nous basons pour parler de consentement.

    LE CONSENTEMENT, QU'EST-CE QUE C'EST ?

     

    Le consentement, c'est le fait de donner son accord pour une activité. Pour que le consentement soit réel, il doit être enthousiaste, éclairé et donné librement. Le consentement est spécifique et est toujours réversible.

     

    Le consentement enthousiaste : On entend par consentement enthousiaste que chacun.e accepte ce qui se passe et l’exprime clairement par des mots et des actions.

     

    Le consentement donné librement : La personne concernée doit être en capacité de donner son consentement sans contrainte extérieure (menaces, manipulation, pression ou peur). De plus, le consentement ne peut pas être donné par un tiers. Diverses circonstances empêchent une personne de pouvoir donner son consentement :

     

    être endormi.e ou inconscient.e,

     

    une consommation excessive d’alcool ou de stupéfiants, ne pas avoir la capacité mentale de consentir.

     

    Le consentement éclairé : une activité n’est pas consentie si l’une des personnes ment, dissimule ou omet délibérément certaines intentions. Les partenaires doivent mutuellement s’informer des pratiques (ex : enlever le préservatif, pratiquer certains actes, etc). Les personnes doivent être conscient.es des risques qu'encoure cette pratique également.

     

    Le consentement spécifique : consentir à certains actes n’implique pas forcément consentir à d’autres. Il est important de s’écouter. En cas de doute sur l’envie de son ou sa partenaire, il faut poser la question, être à l’écoute, et respecter ses limites.

     

    Le consentement réversible : le consentement peut être retiré à tout moment. Ainsi, on peut changer d’avis la veille pour le lendemain comme au milieu d’une relation sexuelle ou autre activité.

    LE CONSENTEMENT, N'EST-CE QU'UNE AFFAIRE DE SEXUALITÉ ?

     

    Souvent, lorsqu'on parle de consentement, on pense directement à la sexualité. Pourtant, le consentement concerne toutes les sphères de notre vie ! Voici quelques exemples...

     

    En famille :

     

    Ma mère m'oblige à porter une robe au mariage de mon cousin alors que je n'aime pas ça.

    ❕Mon père m'oblige à suivre des études de médecine alors que je souhaite être professeur des écoles.

    ❕Mes parents ne veulent pas que je sorte avec mes ami.es.

    ❕On m'oblige à faire un bisou pour dire "bonjour", cela me met mal à l'aise je préfèrerais juste faire un signe de la main.

     

    Au travail :

     

    Il est 16h, mon directeur arrive avec une pile de dossiers que je dois traiter avant demain 9h, je n'ai pas le temps de les faire mais il me dit que si je ne le fait pas, je serai viré.e.

    Ma directrice me demande de réaliser des tâches que je ne suis pas apte à faire.

     

    Autant de situations où l'on ne vous demande ni votre avis, ni votre consentement. Que faire alors ? Instaurer un dialogue ! Parfois nos parents ont peur pour nous, qu'il s'agisse de notre sécurité ou notre futur, etc. Iels agissent alors pour que notre sécurité soit garantie, mais cela ne nous plaît pas toujours ! Prenez le temps de discuter avec eux et elles pour leur montrer que vous êtes un.e adulte responsable, que vous savez ce que vous souhaitez, que vous connaissez les risques à telle pratique etc. Essayer de trouver des compromis avec eux et elles ! Par exemple : "Je sors, mais je t'envoie un message quand j'arrive sur place, et je rentre à 2h."

     

    Au travail, quand vous signez votre contrat, vous consentez à des horaires et certaines tâches précises. Vous n'êtes pas obligé.es de consentir à ce qui est en dehors de ce contrat de travail. Encore une fois, agissez professionnellement et en adulte, discutez-en avec vos responsables.

    Difficile parfois de dire non !

     

    En famille ou au travail, il est souvent difficile de dire non car il y a beaucoup d'enjeux derrière ce "non" : "et si je perdais mon travail ?" , "et si mes parents ne m'aimaient plus ?". Il est parfois plus difficile de dire non à une personne que l'on aime, une personne qui est au dessus de nous hiérarchiquement ou une personne qui nous impressionne, et c'est tout à fait normal ! Toutefois, les conséquences pour vous peuvent être terribles à ne pas respecter vos envies, besoins, émotions, et tout simplement vos capacités. Perte de confiance en soi, perte de repères, on ne sait plus vraiment ce qu'on veut, ce qu'on aime. Tout cela blesse, et peut avoir des conséquences graves sur votre santé mentale.

     

    Parfois, l'effet de groupe nous fait dire oui à des choses alors qu'au fond de nous, la réponse est non. Cela peut arriver avec notre groupe d'ami.es. Par exemple: je suis en soirée, tout le monde boit de l'alcool, moi je n'aime pas ça. On me tend un verre que je refuse au début, la personne me dit "oh allé, ne soit pas prude c'est juste de l'alcool, tu vas être la seule à être sobre?". Et bien dans ce cas, il y a de forte chance que je boive ce verre d'alcool alors que je n'en avais pas du tout envie. L'enjeux est de ne pas être exclu.e de ce groupe d'ami.es, d'avoir l'air cool. Pourtant je ne me respecte pas en buvant ce verre.

  • LE CONSENTEMENT ET NOTRE SEXUALITÉ

     

     

    Il faut TOUJOURS s’assurer du consentement de son ou sa partenaire.

     

    Il est possible de dire oui à certains gestes et non à d’autres. Par exemple, on peut avoir consenti à un baiser et refuser d’avoir une relation sexuelle. Ou dire oui à telle pratique mais ne pas vouloir cette autre pratique pendant l'acte.

     

    Il est possible de dire oui puis de changer d’avis. Une personne peut arrêter de consentir à tout moment. Dans ce cas, toute activité doit cesser.

     

    En cas de doute, on pose la question. Ne rien dire, ou ne pas dire non, ne signifie pas que le consentement est assuré. On fait attention aux langage corporel de la personne : si elle se raidie, ne dis plus rien, etc.

    Le non-respect du consentement du point de vue légal

     

    Lorsque le consentement d'une personne n'est pas respecté, il peut s'agir d'un viol, d'une agression sexuelle ou de harcèlement.

     

    Le consentement et les femmes

     

    Parfois, on entend parler dans les médias ou ailleurs de la "zone grise du consentement", qui est toutes les pressions, les hésitations, les zones de flou qui peuvent entourer une personne et brouiller la validité de son consentement. Or, comme on l'a vu, le consentement doit être libre, enthousiaste et éclairé, la zone grise du consentement n'existe donc pas !

     

    Pourtant, on utilise cette expression pour banaliser le viol et les agressions. On parle alors de culture du viol. La culture du viol se définit comme un environnement social et médiatique dans lequel les violences sexuelles trouvent des justifications, des excuses, sont simplement banalisées, voir acceptées.

     

    Ce sont les femmes qui, dans nos sociétés, souffrent le plus de cette culture du viol. En moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au cours d’une année sont victimes de viols et/ou de tentatives de viol est estimé à 94 000 femmes. Elles sont trois fois plus nombreuses que les hommes à subir des violences sexuelles. Suite aux viols ou tentatives de viol qu’elles ont subi, seules 12 % des victimes ont porté plainte (qu’elles aient ensuite maintenu ou retiré cette plainte).

     

    Si les femmes portent peu plainte, c'est d'abord car il est dur de se reconnaitre victime, par honte de ce qui leur est arrivé et parce qu'elle subissent une stigmatisation forte : "tu n'avais pas dis non", "tu l'a cherché car tu étais habillée de telle manière", ,etc.

  • Alors qu'est-ce qu'on fait ?

     

    On apprend à dire non quoiqu'il en soit ! Au début, ce sera dur mais petit à petit cela va vous donner une grande confiance en vous-même et ce sera beaucoup plus facile de le faire par la suite ! Savoir dire non, c'est se respecter soi-même, cela va vous permettre de connaitre vos besoins, vos envies, vos émotions et vos capacités.

     

    On parle du consentement autour de soi ! Si une personne insiste pour que vous réalisiez une action, dites lui qu'elle ne respecte pas votre consentement et que cela est très désagréable et grave. Prenez le temps de lui expliquer. Si la personne ne vous écoute pas et continue d'insister, c'est qu'elle est dangereuse pour vous, dans ce cas quittez cette situation, entourez-vous de personnes de confiances et parlez-en.

     

    Dans toutes les situations de la vie il y a nécessité de consentement. Sur les réseaux sociaux : "est-ce que je peux poster cette photo où tu apparais?", au médecin : "pouvez-vous retirer votre t-shirt?", avec mon ami.e "est-ce que tu veux aller au cinéma ce soir ?", il y a autant d'exemples que de situations de la vie quotidienne !

    COMMENT DONNER SON CONSENTEMENT ET AVOIR CELUI DE L'AUTRE ?

     

    Pour bien comprendre comment construire une relation saine où chaque partenaire à la possibilité de communiquer librement, on peut utiliser la métaphore du château (le château représente notre relation). Nous l'utiliserons ici concernant les relations de couple mais vous comprendrez qu'il peut s'agir de n'importe quelle relation, pour n'importe quelle activité.

     

    Lorsque l'on rencontre une personne qui nous plaît, on va tenter d'en savoir le plus possible sur elle : quelles musiques elle écoute, quelle est sa boisson préférée, quels types de sorties elle apprécie, etc. C'est ce qui va nous permettre de savoir si ça peut coller ou non avec cette personne. La personne fait la même chose avec nous.

     

    Lorsqu'on arrive au moment où l'on aimerait avoir des relations sexuelles avec cette personne, souvent nous n'en faisons pas autant, mais pourquoi ? On peut trouver ça tabou, gênant etc. Pourtant cette étape est primordiale pour avoir un château solide, il s'agit de ses fondations.

     

    On demande toujours si la personne est d'accord ou non pour une activité. On fait attention à avoir donné tous les détails de la situation. On fait également attention au langage corporel de l'autre et on vérifie verbalement régulièrement que tout va bien.

    Le château du consentement

    Ca, c'est une brique. A chaque fois que vous allez communiquer de vos envies, besoins, émotions et attentes avec votre partenaire, vous créez une brique pour votre château !

    Ainsi, prenez du temps avec votre partenaire pour discuter de ce que vous aimez et n'aimez pas. Prenons deux personnages fictifs pour illustrer : Julien et Alex'.

     

    "Julien : comment aimerais-tu que je te touches Alex'? Alex' : ah moi j'aime beaucoup qu'on me caresse le cou !

     

    Julien : Ok, pas de soucis je suis ok pour faire ça, je trouve ça très sensuel ! Et comment tu aimerai me toucher moi ?

     

    Alex' : moi ce que j'aime vraiment c'est masser les pieds

     

    Julien : Arf, moi je ne me sens pas très à l'aise avec mes pieds... je n'aime pas qu'on me les touche. Tu pourrai peut-être me masser les mollets plutôt ? Qu'en penses-tu ?

     

    Alex' : oh pas de soucis, il y a beaucoup de gens qui n'aiment pas leurs pieds ne t'inquiètes pas ! J'aime bien masser les mollets aussi donc c'est d'accord pour moi. A toi maintenant ! Comment tu aimerai que je te touche ?"

    Et ainsi de suite, Alex' et Julien vont discuter de différentes pratiques pour poser les briques qui serviront de base à leur château. Plus nos discussions sont précises, qu'on respecte l'autre dans ce qu'iel dit, qu'on prend le temps de l'écouter et d'accepter ses réponses, et plus on est honnête avec l'autre sur nos envies, besoins, émotions, etc. plus les briques seront solides ! Chaque brique peut correspondre à un thème, une brique pour la sexualité, une brique pour les sorties, une brique pour la famille, etc.

    Une fois nos brique posées, on enfile nos chaussures de sécurités et notre casque de protection et on se met à construire les pièces de notre château ! La pièce, c'est la métaphore pour vos pratiques.

     

    Après avoir bien discuté avec votre partenaire, vous aurez sous la main tout un répertoire de pratiques que vous pourrez utiliser ! En construisant la pièce donc, vous saurez quelle couleur de peinture utiliser, comment agencez les meubles : mais attention c'est une pièce en construction ! Donc on fait attention à ne pas faire déborder la peinture sur les fenêtres, on essaie différentes positions de meuble pour voir si ça convient, bref on teste plusieurs choses, le tout en portant bien son casque !

     

    Ca, ça signifie que même si vous connaissez les pratiques que votre partenaire aime ou pas, il y a des manières de le faire, des moments propices ou non, etc. C'est pour ça qu'on est dans une phase de test: on essaie, on ajuste et on communique régulièrement !

    On communique

     

    avant : "est-ce qu'on met de la peinture bleue sur ce mur ?",

    pendant "est-ce que ça va ? Le canapé n'est pas trop lourd à porter pour toi ? Penses-tu qu'il soit à sa place ici ? "

    et après "alors qu'est-ce que tu penses de cet aménagement?".

     

    En termes plus en lien avec la sexualité, ça pourrait donner ça,

     

    avant : "J'ai envie de toi, est-ce que tu serai partant.e ? Ca te dirait qu'on fasse cette position ?", pendant: on est attentif.ve au langage corporel de l'autre et on peut aussi lui demander "tu aimes ça ? / tout va bien?/on pourrait peut-être essayer comme ça?" etc.

     

    Et après on en discute : "ah c'était trop bien, j'ai bien aimé quand t'as fais ça/quand j'ai fais ça, et toi?".

     

    Une fois ces étapes de tests effectuées, vos pièces vont devenir des endroits chaleureux, sécurisés, où vous et votre partenaire pourrez profiter et dans lesquelles vous vous sentirez en confiance. Ca ne vous empêchera pas de vous assurez du consentement de votre partenaire à chaque fois que vous entreprendrez des relations sexuelles mais vous et votre partenaires serez plus sûr.es de vous et de ce que vous voudrez faire.

    Un château, ça s'entretient ! On y fait le ménage régulièrement (on demande le consentement de sa/son partenaire à chaque fois qu'on entreprend une activité avec elle ou lui), et puis il arrive que la peinture s'écaille un peu alors on rediscute avec sa ou son partenaire. Ca, ça signifie qu'il faut régulièrement discuter de nouveau avec votre partenaire pour savoir si elle ou il se sent bien dans cette pièce, donc dans votre sexualité, si il ou elle a toujours envie d'avoir telles pratiques, la manière dont ça se passe, etc. C'est valable pour vous aussi, ce sont des moments où on exprime ses besoins, envies, attentes, émotions, etc.

     

    Parfois, vous ou votre partenaire aurez peut-être envie de construire une nouvelle pièce à votre château ! "J'aime bien notre salon, je m'y sens bien mais j'aimerai également avoir une salle de jeux". Dans ce cas, on remet son casque et ses chaussures de sécurité et on pose de nouvelles briques, on choisit de nouveaux meubles, de nouvelles couleurs de peintures, etc.

     

    Tous ces moments de communications seront faciles à avoir avec votre partenaire car en posant les briques de votre château dès le début de votre relation, vous avez créé de la confiance entre vous et n'aurez pas de mal à vous exprimer librement. Vous n'aurez pas de mal à communiquer vos émotions, besoins, envies, etc, et vous n'aurez pas de mal à dire oui ou dire non. Vive la vie de château !

  • Les sources des chiffres avancés et définitions données

     

    Sur les violences faites aux femmes : https://arretonslesviolences.gouv.fr/je-suisprofessionnel/chiffres-de-reference-violences-faites-aux-femmes

     

    Sur l'autorité parentale : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F3132

     

    Sur le consentement et les définition des violences sexuelles :

     

    https://arretonslesviolences.gouv.fr/besoin-d-aide/violences-sexuelles#ce_que_dit_la_loi2

     

    https://www.lecrips-idf.net/consentement-sexuel

     

    Sur la zone grise du consentement : https://violences-sexuelles.info/comprendre-definitionsloi/zone-grise/

     

    http://www.agirpourlegalite.org/le-consentement-sexuel-comment-sortir-de-la-zone-grise/

     

    Quelques ressources pour mieux comprendre et répondre à vos questions

     

    Jeu pour pratiquer le consentement : https://www.youtube.com/watch?v=AcxX2jmsduk

     

    La zone grise du consentement : https://www.youtube.com/watch? v=mebXmU58t4k&feature=youtu.be

     

    Sur le couple, la famille, l'amitié, la sexualité : plusieurs articles et des tests + un chat pour poser toutes vos questions : https://commentonsaime.fr/

     

    Sur la culture du viol : https://www.youtube.com/watch?v=pPH2GEB7-X0 https://www.youtube.com/watch?v=rDzod9TY4XM